Saison 2014

 

L’AUTEUR -  Jean-Baptiste POQUELIN dit MOLIÈRE


Doit-on encore présenter Jean-Baptiste POQUELIN, dit MOLIÈRE, né en 1622 et mort en 1673 ?


MOLIÈRE a tout fait : auteur de comédies,  comédien et chef de troupe.


Après des études de droit rapidement abandonnées à l'âge de 20 ans et avoir rencontré Madeleine et Joseph BÉJART, il va consacrer sa vie uniquement au théâtre.


Avec la troupe des BÉJART, il sillonnera la France pendant 13 ans et commencera à écrire ses premières farces (L'Étourdi – Le dépit amoureux).


De retour à PARIS et malgré un grand nombre de difficultés, il va jouer et diriger sa propre troupe en orientant son écriture vers la comédie théâtrale.


Ainsi naissent ses pièces les plus connues : L'École des femmes (1662) ou L'Avare (1668), des comédies-ballets comme Le Bourgeois gentilhomme (1670 avec Lully) ou Le malade imaginaire (1673 avec Marc-Antoine Charpentier), des pièces en vers comme Le Misanthrope (1665), Tartuffe (1664-1669), Les Femmes savantes (1672), ou en prose comme Dom Juan (1665).


Molière dépeint les travers de la bourgeoisie de son temps et la critique qu'il en fait reste intemporelle ce qui explique sans doute que ses pièces défient les siècles.


Les défauts de ses personnages restent universels et la finesse de l'analyse psychologique qu'il en donne en fait des sujets de complicité critique et drôle avec le spectateur de toutes les époques.


Conjointement MOLIÈRE reste  prudent par rapport à la noblesse et à la cour puisqu'il dispose de l'appui du roi mais a conscience sans doute de la fragilité et du côté éphémère du soutien du monarque.





LA PIÈCE – « LES FEMMES SAVANTES »


C’est l’avant dernière pièce de MOLIÈRE, sans doute terminée le 31 décembre 1670 mais fignolée jusqu’à la représentation du 11 mars 1672.


On distingue dans l’oeuvre de MOLIÈRE les pièces de ville et les pièces de cour. La comédie des FEMMES SAVANTES appartient à la première catégorie. Succès assuré à la ville, succès d’estime à la cour.


Les critiques se plaisent à y trouver des défauts et des contradictions. Les metteurs en scène se réjouissent de monter la pièce.


MOLIÈRE aura passé sa vie à faire rire avec les vices et les ridicules de ses contemporains. Courageusement d’ailleurs, car il devait en rencontrer des faut dévôts, des gens précieux, des cuistres ! Il est vrai que l’avare ne se reconnaît pas dans Harpagon.


MOLIÈRE dénonce les excès et prône la sage raison. Il n’est pas hostile aux chrétiens véritables, aux hommes de la cour ou aux femmes instruites.


Nous avons commencé à lire la pièce. Quel enchantement ! On ne mesure la richesse d’une oeuvre qu’à un travail attentif.


Nous ne chercherons pas, bien sûr, à faire une «re-lecture» de la pièce et à en faire une présentation originale. On ne se mesure pas au génie. Il faut rester modeste et fidèle.


La pièce sera jouée en 2013.



LA DISTRIBUTION


CHÂLE Angeline : Philaminte

COMBEMOREL Hervé : Chrysale

FAURE Thierry : Trissotin

GEUSA Franck : Vadius

GUYON Philippe : Julien / Le notaire

LECOURT Martine : Martine

LECOUTEUX Evelyne : Bélise

LECOUTEUX Michel : Ariste

QUENTIN Marie : Henriette

TREMBLAY Véronique : Armande

«LES FEMMES SAVANTES» de MOLIÈRE

Retour à l’accueil../Theatre_de_la_vallee.html
 

Cliquer sur l’image pour voir les photos